Salomon Mbutcho ecrivain et batisseur

Salomon Mbutcho

La Petite Mort : Partagé par Salomon Mbutcho

Interview :

Bonjour Mr Salomon Mbutcho, qu’est-ce qui vous a inspiré à écrire « la petite mort » ?

J’ai toujours pensé et réalisé que l’une des grandes différences entre les êtres humains était leur capacité de tout arrêter de temps en temps et se remettre en question. Alors que certains le font très tôt, d’autres le font très tard. Apparemment, cette étape nécessaire à l’évolution de l’homme semble être un passage normal et parfois forcé, après lequel tout semble être beaucoup plus clair. J’ai voulu écrire et partager sur la période de ce phénomène qui est d’une brutalité extraordinaire et sans préavis, selon la personne. 

 

A qui le livre « la petite mort » s’adresse-t-il en particulier?

Ce livre s’adresse à ceux qui: 

  • Dans les réussites comme dans les échecs, les perspectives de progrès comme les difficultés, se sont laisser happer par la vie, sa vitesse et son excitation, ses tentations et ses plaisirs coupables. 
  • Utilisent comme excuse les mêmes phrases : « j’ai envie de réussir pour la famille » ou « je voudrais qu’on sorte de la pauvreté » ou en dernier « c’est mon dernier deal, je ne prendrai plus de contrat ». 
  • Ont perdu le contrôle de leurs vies et de leurs entourages et ne peuvent plus discerner le bon du mauvais, ni prendre de décision stable. 

 

Qu’entendez-vous par « la petite mort » ?

Il faut forcément lire pour mieux s’édifier et comprendre la « petite mort » dans toute sa réalité.

 

Quelle est la différence entre « la petite » et « la grande » mort ?

Déjà dès le moment qu’on parle de « petite mort », tout le monde pense en effet à la grande, c’est la nature curieuse de l’homme. Cependant, personne ne revient de la «grande mort » pour en donner des conseils ou même écrire des livres.

 

Est-ce un livre de pratique pour gérer sa vie au quotidien ?

Je pense qu’il serait sage d’utiliser beaucoup d’éléments de ce livre comme guide pratique pour les moments de doutes et de difficultés particulièrement.


Y a-t-il une leçon à retenir après avoir lu « la petite mort » ? 

Après la lecture de ce livre, on comprend qu’il n’y a pas de hasard et qu’il faut énormément de grandeur et d’humilité pour se remettre en question. Pour l’être humain, ce phénomène est comme la mise à jour de l’ordinateur ou du téléphone portable. Il n’en ressort qu’amélioré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.