Salomon Mbutcho ecrivain et batisseur

Salomon Mbutcho

Sept jours au paradis : Partagé par Salomon Mbtucho

Interview :

Bonjour Mr Salomon Mbutcho, qu’est-ce qui vous a inspiré à écrire ce livre?

Ce livre est le résultat d’une compilation d’événements tels que la maladie et le décès de mon ex-épouse, mon amour inachevé pour la science, et un vibrant hommage aux chrétiens et aux juifs pour la faveur spéciale que mon nom « Salomon » ou « Shlomo » (en hébreu) ​​m’a toujours conféré au sein de leurs communautés (juives, assemblées de DIEU, baptistes et pentecôtistes) aux États-Unis.

Du fait que j’ai été totalement dépourvu de solutions et impuissant face au cancer, j’ai aussi réalisé que malgré mon âge relativement jeune par rapport à l’époque des camps de concentrations, j’aurais été aussi impuissant et dépourvu de solutions.  

Ayant été suffisamment outragé, blessé et abandonné au point d’en parler dans ce livre, j’ai fait transposer les situations et réuni les conditions pour un espoir de résolution scientifique qui finira par réconcilier la science, le spirituel et la réalité, puis me réconcilier avec mon moi intérieur.

A qui s’adresse ce livre ?

DIEU s’est assuré que le mystère autour du Paradis soit toujours gardé, et inaccessible. La curiosité étant l’apanage de l’homme, il y’a des milliers de questions que se posent plusieurs personnes autour de sujets très variés et dont la seule et unique personne en mesure de répondre est DIEU lui-même. C’est à ces personnes que s’adresse ce livre, quelle que soit leur religion, catégorie socioprofessionnelle ou âge.

Qu’entendez-vous par sept jours au paradis ?

La bible dit qu’un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour pour DIEU. Ainsi, au travers de plusieurs recherches, j’ai tenté au meilleur de mes capacités, de créer cette rencontre rêvée en mettant des conditions physiques, spirituelles et scientifiques à contribution pendant sept jours, afin de d’épancher la soif des masses. 


Y a-t-il une leçon à retenir après avoir lu ce livre ? 

Parce que les êtres humains sont nombreux et différents, leur perception et leur compréhension des choses sont de la même manière. A cet égard, je ne peux en déduire une leçon générale, laissant à chacun après lecture le soin d’apporter sa propre contribution. On dit souvent que les goûts, les couleurs et les choix politiques ne se discutent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.