Salomon Mbutcho ecrivain et batisseur

Salomon Mbutcho

  • Accueil
  • >
  • Inspirations
  • >
  • La différence entre l’intelligence et l’éducation dans l’immobilier, Extrait de « Le livre seing de l’immobilier », de Salomon MBUTCHO
LENVIE~1
L’envie d’immigrer n’est-elle pas aussi suscitée par la supposée « belle vie » des autres immigrés ? (Extrait du livre « l’immigration clandestine ou le revers de la médaille » de Salomon MBUTCHO)
100- La différence entre l'exode rural et l' immigration
Quelle est la différence entre l’exode rural et l’immigration, extrait du livre « l’immigration clandestine ou le revers de la médaille » de Salomon MBUTCHO
8 – L’immobilier punit aussi bien l’erreur que la faute
L’immobilier punit aussi bien l’erreur que la faute, Extrait de « Le livre seing de l’immobilier », de Salomon MBUTCHO
vegetables
Le café, la carotte et l’œuf de la prison, extrait du livre « le Komiçariat, partie I, la découverte » de Salomon MBUTCHO
6-FACE~1
Facebook existe dans les prisons d’Afrique, extrait du livre « le Komiçariat, partie I, la découverte » de Salomon MBUTCHO

La différence entre l’intelligence et l’éducation dans l’immobilier, Extrait de « Le livre seing de l’immobilier », de Salomon MBUTCHO

Si l’éducation, pouvait par exemple s’illustrer par le génie de création ou de fabrication de la noix de coco, l’intelligence quant à elle s’illustrerait par sa capacité à l’ouvrir et en faire usage.

L’intelligence en immobilier c’est trouver des solutions pratiques et adaptables quelle que soit la situation et le degré de complication. Elle est perçue comme une aptitude particulière de gérer et s’adapter à des situations particulières, en faisant ou produisant des tâches particulières, de manière particulière, dans le but d’obtenir un résultat particulier et en un temps particulièrement plus rapide que l’être lambda.

L’éducation en immobilier c’est d’abord se doter de moyens physiques, intellectuels et moraux nécessaires à l’apprentissage et à la maitrise du métier. L’éducation en immobilier c’est aussi la capacité de moduler les processus, mémoriser tous les aspects du métier et pouvoir en transmettre la connaissance.

S’il est important d’aller à l’université, il est très recommandé de maitriser l’univers de la cité (connaître son monde) car, nombreux sont ceux qui ont néanmoins réussi sans avoir été à l’école ou avoir fini.

Sans faire l’apologie de l’illettrisme, force est de reconnaitre que l’aspect le plus apprécié et même envié de ce groupe de personnes est la posture et le comportement qu’ils adoptent face aux adversités et situations difficiles de la vie. La peur de l’échec leur est pratiquement inexistante car inestimable et illogique. Pour celui qui ne planifie qu’au jour le jour, naviguer à vue est le fonctionnement quotidien. Selon eux, si tu fais tout ce qu’il y a à faire, tu gagnes ou tu gagnes, pas d’autre option.

La réussite ponctuelle et temporelle des illettrés ne prouve pas que l’éducation ne soit pas indispensable, mais met plutôt en exergue sa vitalité. Du fait que quel que soit le degré de réussite, elle est souvent confrontée à ses limites intellectuelles, son manque d’éducation ou de complément d’éducation. Cet aspect justifie largement son manque chronique de pérennité en entreprise. Les difficultés ou manques de passages des entreprises de pères en fils ou filles se trouvent exclusivement dans le manque d’éducation en Afrique. Personne ne pourra transmettre ce qu’il n’a pas maitrisé, conceptualisé, modulé et mémorisé.

 

https://www.salomonmbutcho.com/

https://www.linkedin.com/in/salomonmbutcho/

https://twitter.com/SalomonMbutcho

https://web.facebook.com/salomonmbutchoofficiel

https://www.instagram.com/salomonmbutcho/

https://www.youtube.com/@salomonmbutchoofficial

 

#auteur #kebetu #salomonmbutcho #livre #sagesse #proverbes #immobilier

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires